La vie en Allemagne à l’époque du Mur de Berlin – 2/2

Ce seront  surtout les retraités à  l’est qui pourront obtenir des autorisations de voyage à l’ouest. Les autorités est allemandes ne craignaient pas l’exode de personnes dîtes très joliment « improductives » pour le pays. Il n’empêche que pour beaucoup d’allemands, ca ne sera qu’à la chute du mur qu’ils pourront, pour la première fois, traverser la frontière et retrouver leur famille. Certains films allemands comme « Good bye Lenin » montrent bien la douleur engendrée par la séparation des familles.

Dans ce film,  la mère des enfants n’ayant pas le courage de suivre le père qui avait prévu de fuir à l’ouest avec sa famille, va le cacher aux enfants, leur mentir et leur dire que leur père les a abandonnés…

check pointcharlie 1961

Les choix de vie différents, entre ceux qui veulent fuir et les autres qui veulent rester vont briser des familles entières, sans parler des morts ou des pressions de la « Stasi » (police secrète en Allemagne de l’Est) sur les proches des fuyards…

Les autorités occidentales n’ont jamais hésité à montré leur soutiens aux berlinois de l’ouest.

On se souviendra du célèbre discours que prononça John Kennedy à Berlin ouest en 1963 pour montrer le soutien inconditionnel des américains envers les allemands de l’ouest.

kennedy berlin

Il y prononcera cette fameuse phrase qui aura bien fait rire les allemands. Voulant montrer sa solidarité il s’écriera : « ich bin ein Berliner ». Souhaitant dire qu’il était  berlinois, cette phrase porta à confusion puisqu’il aurait été  plus courant de dire « ich bin Berliner ». Dit de la manière précédente les allemands ont compris qu’il était un beignet de Berlin, le « Berliner » étant une spécialité locale…

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates